PARTAGER

Réunis chez l’une de ses soeurs au quartier Derrière-Morne, les membres de la famille de Jacques ont encore beaucoup de mal à admettre cette terrible nouvelle. « C’est une situation insupportable! ? » , avoue l’un de ses frères. Tous décrivent le Samaritain comme un bon vivant et un homme généreux.

En ce moment douloureux pour ses proches et ses amis, Esther, la soeur de Jacques, tient à remercier une nouvelle fois celle qui avait, dans un élan de générosité et de solidarité, apportée les premiers secours à son frère, alors que ce dernier venait juste de s’écrouler au volant de sa voiture. « Sans son intervention, il serait déjà mort » , a-t-elle affirmé.

PROFONDE TRISTESSE

Dans son témoignage, publié dans notre édition du 12 janvier dernier, Olivier, le neveu de Jacques, qui était présent au moment des faits, décrivait avec beaucoup d’admiration l’acte héroïque de cette femme qui était intervenue instinctivement et avec justesse, en pratiquant un massage cardiaque, en attendant l’arrivée des pompiers.

Grâce à ces premiers soins et à l’intervention rapide des pompiers, la victime avait pu être acheminée au CHU de Martinique par hélicoptère. Depuis, il était dans le coma.

Jacques Elisabeth est décidé, hier, des suites de cet accident cardiaque. Son décès plonge toute sa famille, ses neuf frères et soeurs, son fils Mike et sa fille (adoptive) Jessica dans une profonde tristesse.

Sa veillée mortuaire aura lieu, ce vendredi soir, au salon de recueillement de Sainte-Marie et l’enterrement le lendemain, samedi, à 15 heures, à l’église adventiste Samari au quartier Lassalle.

Suite au malaise cardiaque qui l’avait soudainement terrassé au volant de sa voiture, Jacques Elisabeth avait été secouru de manière héroïque par un professeur de sport qui se trouvait à proximité, sur son lieu de travail à la cité scolaire Joseph-Lagrosillière.