PARTAGER

Source: guyane - Google News

Plus de 150 personnes sont en cours d’expulsion ce mardi à Cayenne, en face du jardin botanique, au dénommé “squat de l’Afpa”. Les installations vétustes seront détruites pour laisser place à de futures opérations d’aménagement.

Camions militaires, fourgonnettes de police, agents municipaux… Une vaste opération d’expulsion-démolition est en cours ce mardi à Cayenne, en face du jardin botanique, au dénommé “squat de l’Afpa”.
Deux terrains, l’un hébergeant les anciens locaux du centre de formation professionnelle et appartenant à un liquidateur judiciaire, et l’autre racheté il y a sept ans par la Siguy, sont concernés. Les habitants, 150 selon la préfecture, en situation régulière ou non, quittent les lieux au compte-goutte depuis plusieurs heures, emportant leurs quelques affaires au-delà des barrières qui leur interdisent tout retour. Certains avaient déjà quitté les lieux ce week-end et d’autres, partis faire une course ce matin, se sont vus refuser l’accès par les forces de l’ordre, empêchés de récupérer leurs pacquettages.
“Un jugement d’expulsion a été rendu il y a quelques années déjà, rappelle le directeur de la Siguy. Un terrain en friche comme celui-ci, en centre-ville, ne peut pas rester un squat. Les voisins se plaignaient du bruit et des activités illégales que cela générait. Les gens ont été prévenus vendredi que l’huissier ferait libérer les lieux aujourd’hui.”
Cette information est confirmée par la plupart des squatteurs présents sur les lieux. Plusieurs d’entre eux, demandeurs d’asile, affirment comprendre la situation. Ils ne savent pas, néanmoins, où ils passeront la nuit ce soir.
A 12h30, selon un premier bilan, 21 personnes en situation irrégulière ont été placées en rétention administrative, et 12 familles ont pris contact avec le pôle social pour être relogées. Deux maisons ont déjà été détruites.

PLUS DE DÉTAILS DANS NOTRE ÉDITION DE MERCREDI 20 DECEMBRE

Source: Google news