PARTAGER
https://la1ere.francetvinfo.fr/guyane/sites/regions_outremer/files/styles/rss_big/public/assets/images/2018/09/06/img-20171129-wa0017-670511-869632.jpg?itok=q3Z5Lzgb

Dans une lettre datée du 14 décembre, rendue publique par l’ONG International Service for Human Rights, et adressée à la mission française à l’ONU Genève, le comité exprime son inquiétude après avoir reçu des informations faisant état du “manque de consultation ainsi que de l’absence de consentement préalable, libre et informé des populations indigènes de Guyane française concernant le projet minier Montagne d’or”.
 

Aucune consultation des populations autochtones

Le Comité s’étonne également du fait que, d’après ses informations, aucune consultation de ces populations ne soit entreprise “en dépit de l’impact négatif du projet minier sur le contrôle et l’usage des populations indigènes de leurs terres, notamment les menaces pesant sur les écosystèmes, la déforestation et les sites archéologiques”.

Si les informations reçues par le Comité étaient confirmées, ce dernier estime que “ce projet violerait les droits des populations indigènes de Guyane française qui sont protégés par la Convention internationale sur l’élimination de toutes les formes de discrimination raciale”, selon le texte de la lettre.

En conséquence, le comité appelle la France à lui fournir des informations sur les mesures mises en place pour “assurer le droit” des populations indigènes à être consultées, notamment par le biais d’une “étude d’impact social et environnemental” avec leur “participation effective”.

Il demande également à la France de lui fournir des informations sur ses “réflexions concernant la suspension du projet jusqu’à ce qu’un consentement libre, préalable et informé ait pu être obtenu”.

Il s’agit d’une alerte adressée au gouvernement français. En effet, il  est demandé aux pouvoirs publics de formuler leur réponse d’ici au 8 avril. C’est en tout cas une procédure inédite pour la France.

Plus important projet de mine d’or à ciel ouvert français

Le projet minier “Montagne d’or”, le plus important projet de mine d’or à ciel ouvert français, est conduit par un consortium réunissant le Russe Nordgold et le Canadien Columbus Gold et doit se développer à proximité de Saint-Laurent-du-Maroni.

Soutenu par le patronat local ainsi que par une partie des élus dont le président de la collectivité territoriale de Guyane, Rodolphe Alexandre, il est cependant vivement combattu par les associations de défense de l’environnement et les organisations amérindiennes de Guyane.

Dans une lettre adressée au président Emmanuel Macron en novembre, six organisations amérindiennes avaient affirmé: “si la Montagne d’or ne recule pas, nous allons droit à l’affrontement”.

Source: la1ere.francetvinfo.fr