PARTAGER
https://la1ere.francetvinfo.fr/guyane/sites/regions_outremer/files/styles/rss_big/public/assets/images/2020/08/25/pad_fermeture_des_restaurants_sans_terrasse_difficultes_frame_0-1457698.jpg?itok=OWsiMPuc

Cela ressemble à un interminable chemin de croix : les restaurants dépourvus de terrasse ne peuvent toujours pas rouvriret ce malgré un assouplissement progressif des mesures de couvre feu depuis plusieurs semaines. Cela fait pratiquement 6 mois que certains établissements sont fermés. 

L’absence de perspective pour les prochaines semaines inquiète beaucoup ces professionnels qui craignent de devoir finir par mettre la clef sous la porte.
6 mois sans service, 5 salariés au chômage partiel, aucune aide financière et des milliers d’euros de pertes plus tard,Théodore ne voit toujours pas la lumière au bout du tunnel.
En 13 ans, jamais son restaurant n’a fermé aussi longtemps.
 

On subit une concurrence déloyale, on risque de perdre notre clientèle et nos salariés. Ce n’est pas équitable. On a l’interdiction pure et simple d’ouvrir. On pourrait faire de la vente à emporter mais pas modèle économique. On ne peut pas exercer.

Théodore Ledieu – co-gérant de son restaurant

Même constat chez un confrère, situé à quelques rues voisines; Bastien a déposé un dossier auprès de la préfecture. Malgré 80 places assises, ce rooftop semi-ouvert ne peut prétendre à une réouverture :
 

En fonction des conditions des surfaces ouvertes ou fermées. On a monté un dossier et on verra si c’est favorable ou pas.

Bastien Kereneur – directeur d’établissement

D’autres restaurateurs ne manquent pas d’inventivité.
Chaque jour, entre 16h et 18h, ce salon de thé occupe l’espace public avec une terrasse improvisée sur le trottoir.

Restaurants fermés, on improvise sur les trottoirs de Cayenne

Restaurants fermés, on improvise sur les trottoirs de Cayenne

Restaurants fermés, on improvise sur les trottoirs de Cayenne ©Guyane la 1ère

 

Suite à une réunion à la mairie, nous autorise à utiliser l’espace public. Ça ne suffira pas mais c’est mieux que rien.

Nathalie Fung – gérante de son établissement

Premiers impactés et derniers libérés par le confinement. Les restaurants sans terrasse peinent à joindre les deux bouts.
D’ici quelques semaines à peine, plusieurs d’entre eux pourraient bien mettre la clef sous la porte.

Source: la1ere.francetvinfo.fr