PARTAGER

Comme le veut la règle préfectorale, Thierry Devimeux ne sera resté que deux ans sur notre arrondissement. Âgé de 56 ans, il obtient là une promotion, passant de sous-préfet à préfet.

Originaire de Fontainebleau, père de quatre enfants, il avait été sous-préfet à Florac en Lozère en 2002, puis secrétaire général de la préfecture de Haute-Marne en 2004. Il a également été directeur de cabinet du préfet de la région Alsace en 2009. L’outre-mer, il connaît : il a occupé les fonctions de secrétaire général de la préfecture de Guyane en 2007 et gérait les affaires générales de la Réunion en 2011 jusqu’à son arrivée en septembre 2015 comme sous-préfet à Valenciennes.

Vallourec, l’échangeur A2-A23, la sécurité…

Dans notre arrondissement, il aura géré de lourds dossiers, tels le plan social chez Vallourec, ou encore les travaux du nouvel échangeur A2-A23 qu’il a eu le plaisir d’inaugurer en décembre 2016, après un chantier mené dare-dare, et en avance sur les prévisions. Thierry Devimeux est l’homme, qui avec Laurent Degallaix, a décidé la fermeture du Pont Villars, en avril dernier, après que deux ados ont mis le feu au soubassement. Sur la thématique de l’emploi et de l’économie, il n’aura eu de cesse de plaider la relance par les commandes publiques.

Il avait aussi un regard attentif sur les questions de sécurité, prompt à venir sur le terrain, comme à la rentrée, sur cette opération de contrôle de vitesse, avenue Pompidou. Notre arrondissement venait de vivre un été noir avec plusieurs motards décédés sur les routes. La lutte contre les logements insalubres, contre les fraudes aux prestations sociales a fait également partie de ses dossiers phares.

Nous connaissions de Thierry Devimeux deux hobbies : les voitures anciennes, et la course à pied. Il n’avait d’ailleurs pas hésité à enfiler les baskets le 16 septembre pour le premier Urban trail de Valenciennes.

Dans son communiqué, la préfecture du Nord indiquait que le nom de son successeur n’était pas encore connu.