PARTAGER
https://la1ere.francetvinfo.fr/guyane/sites/regions_outremer/files/styles/rss_big/public/assets/images/2019/03/11/img_8517-1034718.jpg?itok=fq88St4b

La deuxième édition du loto du patrimoine a été lancée officiellement le 11 mars. Pour la seconde fois, un bâtiment de la ville de Saint-Laurent du Maroni a été sélectionné.
En 2018, le choix s’était porté sur la maison du receveur des douanes. Cette année, il s’agit du relais Barcarel.

Détail du relais Barcarel à Saint-Laurent du Maroni © Myriam Ponet

© Myriam Ponet Détail du relais Barcarel à Saint-Laurent du Maroni

 

Une maison construite par un bagnard entre 1883 et 1885

Le 12 mars, une délégation d’acteurs de la culture et du patrimoine visitaient les lieux. Une visite de chantier en vue de la réhabilitation prochaine d’un batiment qui retrace a lui seul, tout un pan de l’histoire de Saint-Laurent du Maroni. Cette bâtisse typique de la ville pénitentiaire historique est située en plein cœur de la ville. Elle révèle ses briques apparentes et son ossature bois avec fierté. C’est une construction unique  à Saint-Laurent réalisée entre 1883 et 1885 par un bagnard. Ayant appartenu à plusieurs propriétaires, c’est en 1953 que la demeure entre dans le patrimoine de la famille Barcarel.
L’actuelle propriétaire, Armelle Compper, n’est autre que la petite fille de Charles Barcarel commerçant bien connu à l’époque. Il tenait avec son épouse un petit établissement hotelier. Durant la visite aux différents acteurs de la culture et du patrimoine, c’est avec beaucoup d’émotion qu’elle relate quelques anecdotes.

“Dans les années 70, la maison de ma grand-mère étant juste en face du bâtiment, pendant les vacances, je faisais avec elle de menus travaux… je répondais au téléphone … je vais faire les réfections des chambres avec elle. C’est un bâtiment auquel je suis particulièrement attachée”

La propriétaire recherche d’autres financements pour boucler la restauration

Dans les années 80, le relais est devenu un haut lieu de la gastronomie locale. Le bâtiment accueille le restaurant le Saramaca, avec le populaire chef cuisinier Tintin Bunch. Quelques affiches témoignent de cette époque. 
Aujourdhui,  Armelle Compper souhaite réhabiliter le lieu pour en faire un site d’accueil et d’hébergement  touristique. Le projet prévoit de garder l’architecture à l’identique tout en y ajoutant un air contemporain. Malgré l’heureuse surprise de cette sélection au loto du patrimoine, la porteuse du projet est toujours à la recherche de financements.
L’année dernière, 22 millions ont été récoltés pour l’entretien du patrimoine de toute la France, 269 monuments ont été sélectionnés. Pour l’heure, 50 ont déjà été  restaurés.
La maison du receveur des douanes de Saint Laurent fait partie des batiments  de la premiere édition du loto qui attendent encore leur lifting. Un appel d’offre devrait être publié dans les prochaines semaines.

Le reportage de Guyane la 1ère

Le relais Barcarel de Saint-Laurent va revivre

[embedded content]

Source: la1ere.francetvinfo.fr