PARTAGER
https://la1ere.francetvinfo.fr/guyane/sites/regions_outremer/files/styles/rss_big/public/assets/images/2020/08/24/ca9ca355-a646-4db5-9bc1-be212d73eb19-1457244.jpg?itok=GY7NM6u4

Beaucoup en ont entendu parler, mais combien s’y sont rendus ? Il se touve dans la commune de Saint Laurent-du-Maroni, le site Voltaire, est un ensemble de chutes d’eau, de toute beauté. Un endroit unique en Guyane, mais très difficile d’accès. Mais il vaut le déplacement.

C’est l’un des joyaux naturels de la Guyane. Des chutes époustouflantes. Elles parcourent 200 mètres sur un dénivelé de 50 mètres qui se jette dans le bassin du Maroni.

Les chutes Voltaire

Les chutes Voltaire

©Eric Léon

 

Un long cheminement et au bout un spectacle de toute beauté

C’est un site magnifique mais avant de découvrir les chutes il faut s’armer de patience et faire preuve d’endurance. Les chutes Voltaire sont accessible après 73km de piste. 2h de voiture à effectuer de préférence dans un 4×4  car la piste Paul Isnard  est dangereuse et en mauvaise état.
Jocelyn, le guide connait les embuches du trajet et garde l’œil ouvert. Des chutes qui se méritent, puisque que ce n’est que la première étape du voyage.
Nous nous engageons dans un sentier long de 3 km, à travers la forêt amazonienne. Une atmosphère humide, un éco système riche
Jocelyn connait cette forêt comme sa poche mais aussi chacune de ses ressource. Une nature sauvage qui ne se dévoile pas. Mais elle nous permet de l’entendre. Le chant du payo payo, un petit oiseau qui se trouve uniquement dans les forêts d’Amérique du sud.
L’expédition s’avère périlleuse par moment. On faut jouer à Indiana Jones, sur un site mal entretenu qui a fait déjà plusieurs blessés.
Et puis… c’est la découverte. Un écrin de paradis en pleine forêt et une eau claire qui nous tend les bras.

Chutes Voltaire

Chutes Voltaire

©Eric Léon

Une glissade pour un retour en enfance, mon acolyte teste ce tobogan naturel. Comble du luxe, durant le tournage, nous avons eu le site rien que pour nous.
Car il n’y avait aucun visiteur ce jour-là. De quoi se sentir tout petit par apport à l’immensité des éléments qui nous entouraient.

[embedded content]

 

Source: la1ere.francetvinfo.fr