PARTAGER
https://la1ere.francetvinfo.fr/guyane/sites/regions_outremer/files/styles/rss_big/public/assets/images/2019/03/07/capture_decran_2019-03-07_a_21.10.00-1032032.jpg?itok=o8xuNGq5

La quatrième édition de la cérémonie Femmes de Culture organisée par la CTG et l’OPCC va se dérouler à l’EnCre ce 8 mars à 19h. Il s’agit de célébrer des femmes guyanaises qui se sont illustrées dans le domaine culturel sans toutefois être sous les feux des projecteurs. Cette année, elles sont 11 à être récompensées pour leur implication dans des domaines culturels aussi variés que la danse, la littérature, la tradition, la musique, le chant, le carnaval et la création.

Jacqueline Giffard, une Guyanaise au parcours exemplaire

Les moins jeunes connaissent bien sa voix chaude entendue maintes fois à la radio et à la télévision. Guyanaise très engagée et au service du public, Jacqueline Giffard a accepté de marrainer cette nouvelle édition de “Femmes de culture”.
Et pourtant Jacqueline Giffard se destinait à une carrière scientifique. A son retour en Guyane en 1968 avec un diplôme en biologie chimie et une expérience comme technicienne de laboratoire de recherche, elle ne trouve pas de travail à Cayenne. Elle opte alors pour l’audiovisuel. L’ORTF à l’époque cherchait une personne dotée d’une belle voix et d’une solide culture générale. Elle va y mener une très belle carrière. D’animatrice, elle devient journaliste puis rédactrice en chef et terminera à Mayotte comme directrice d’antenne télé et radio.
Elle vit depuis 20 ans à la Réunion et revient régulièrement en Guyane. 

Créatrice du ballet “Les Oyampis”

En parallèle à sa carrière journalistique, Jacqueline Giffard a créé en 1970 avec Georges son mari, un Ballet d’inspiration folklorique baptisé” Les Oyampis”, avec la volonté de donner un nouveau souffle au folklore guyanais. Ce ballet conserve les pas de base, auxquels s’ajoutent des chorégraphies, des chansons et des instruments plus modernes. Ce nouveau souffle a séduit de nombreux jeunes, danseurs, danseuses et musiciens, certains auteurs et compositeurs dont la chanteuse vedette, Sylviane Cédia. Ses lettres de noblesse sont redonnées à notre folklore.
Les Oyampis se sont produit dans de nombreux spectacles en Guyane, en Guadeloupe et en Martinique, et ont participé à des festivals internationaux en France et en Espagne.
Cette vie d’artistes a duré sept ans. Elle s’est arrêtée en 1977 avec beaucoup de regrets.

Avant son départ pour Mayotte en 1997,  Jacqueline Giffard a été décorée de l’Ordre  National du Mérite à Paris par le PDG  de RFO.

Ecoutez l’interview de Jacqueline Giffard invitée du Guyane soir

Interview de Jacqueline Giffard

[embedded content]

Source: la1ere.francetvinfo.fr