PARTAGER

Rodrigue Rémy, pourquoi vous appelle-t-on Ti Coco ?

C’est d’abord un surnom de famille. Enfant, je suivais mon cousin Joël Égalgi, que l’on surnomme Coco, à la trace! Comme j’étais plus jeune que lui, on m’a surnommé Ti Coco.

Quel a été votre parcours musical ?

Petit, je marchais tout le temps avec ma flûte. Du coup, à l’âge de 11 ans, mes parents m’ont inscrit aux cours de musique que M. Émile Lanou donnait dans une école maternelle à Montjoly. J’ai choisi un instrument qui, selon moi, se rapprochait de la flûte : la clarinette. Je me suis vite rendu compte que les deux n’avaient rien à voir (rires)! J’ai connu plusieurs écoles : au quartier Rebard, à Melkio-Garré avec M. Franck Billot… Je suis de la génération de Karim Weimert, Yannick Lanou et Ho Yock Kui, le trompettiste des Blue Stars. Comme de nombreux jeunes, j’ai également participé aux groupes de carnaval. J’ai été trompettiste pour les groupes Safari et Piraye. Arrivé à l’adolescence, j’ai un peu laissé tomber. Je me cherchais. Je n’envisageais pas d’en faire quelque chose de sérieux. Jusqu’au jour ou les Karnivor m’ont appelé pour remplacer au pied levé leur clarinettiste durant le carnaval 2009. Je suis resté trois ans avec le groupe.

Comment expliquez-vous qu’à 32 ans vous soyez attiré par la tradition ?

Même si j’écoute de tout, j’ai toujours été attiré par les titres traditionnels. J’aime danser dessus, en écouter et en jouer. Quand je suis sur scène et que je ferme les yeux, je pars loin…

Qu’est-ce qui vous a poussé à vous lancer en solo ?

La clarinette est plutôt un instrument de soliste, que l’on joue rarement en section. Mon premier titre Coco tea est sorti sur l’album des Karnivor. Quand j’ai quitté le groupe, je me suis entouré de mon grand cousin Claude Henrion. La clarinette était un instrument qui manquait un peu en Guyane.

Votre single Saveurs d’antan comprenant le titre Tan fè tan est le disque le mieux vendu en 2017. Êtes-vous surpris de ce succès ?

Je ne m’y attendais pas. Je pensais que cela serait difficile pour un titre instrumental de rivaliser avec les autres morceaux du carnaval. Tan fè tan est un quadrille qui finit en biguine. Cela faisait longtemps que l’on n’en avait pas entendu en Guyane. J’aime apporter une couleur différente à chaque fois. Et puis je me suis entouré de musiciens chevronnés comme Jean-Paul Caumartin, Arnaud Champestaing, Jérémie Blasse… C’est mon noyau dur, le même que pour le nouveau titre.

Un nouveau titre qui s’appelle Un amour de Guyane et qui annonce l’album ?

Oui, je travaille sur un album pour 2018. Un amour de Guyane est un clin d’oeil à notre pays après tout ce qui s’est passé cette année et notamment les mouvements sociaux. Une façon de mettre la Guyane en avant. C’est un titre que je définis comme de la biguine jazzé. Cela n’a rien à voir avec Tan fè tan. Quand je compose je repars toujours à zéro.

Où pourra-t-on vous voir et vous écouter durant le carnaval ?

Ma première prestation sera le 6 janvier au Zéphyr avec l’association Bel Fam pour la Fashion style du carnaval. J’ai ensuite une prestation dans l’Hexagone le week-end du 13 janvier. Après cela, je serai tous les samedis à Saint-Laurent avec le groupe Pa gain nom d’Orlane Jadfard qui m’a invité à les accompagner cette année.

Discographie. 2015 : Tradisyon. 2017 : Saveurs d’antan. 2018 : Un amour de Guyane (bientôt disponible en téléchargement légal)

Top 30 de l’année : Rodrigue Ti Coco Rémy en tête

Tous les mois, France-Guyane et le Mag vous présentent le Top 30 des ventes de disques chez le disquaire Sun Studio* de Jean-Paul Rotam. Découvrez ici le Top 30 de l’année 2017.

1. Rodrigue Rémy : Saveurs d’antan

2. Tatie Léodate : Ayo Ayoyo

3. Les Mecenes : 40 ans de Nana à Polina

4. Blackwood : Gangan yan di mo

5. Harmonik : Dégajé

6. Orlane Jadfard : 25 ans live!

7. La boule blanche : Le casino royal

8. Lova jah : An mo latcho-òkò

9. Chire Ban’n : Chanté Nwèl! Live!

10. Kai : Champion

11. Thierry Mayen : Carnaval 973

12. La Royauté 2 : Touloulou

13. Amour Marceline : Zanmandouss

14. Passion Saint-Éloi

15. Tcho Péyi : Kasse

16. Samy Lair : Vagues d’antan

17. Nu Look : My time

18. Mika 2G : Amour passion

19. Nadege Chauvet : Chrysalide

20. Claudy Neillette : Rêves et réalité

21. L’année du zouk 2017

22. Wanted : Difé lari

23. Tony Monrose : Sacrées soirées

24. Morgan Heritage : Avrakedabra

25. Klass : Fel ak tou’kè’w

26. Lé Kanibal : Amourez

27. Régine Lapassion : C’est le moment

28. Tutus : Kolekt’or 1947-1998

29. Duo Amazon : Morpho

30. Robert Dede : Brez

Le single Saveurs d’antan, comprenant le tube carnavalesque Tan fè tan, est le disque le mieux vendu à Sun Studio en 2017 (P. R. & K. V)

Jean-Paul Rotam : « Un retour à soi-même »

« Ta n fè tan est une chanson qui va durer, qui ne se démodera pas. Car les gens sont demandeurs de ce qu’ils leur ressemblent. Nous sommes noyés de chansons mais peu correspondent à notre identité. Aujourd’hui on refuse ce que nous sommes. Le carnaval n’est pas une musique mais une période. La soca de Trinidad n’est pas jouée uniquement durant le carnaval, la samba brésilienne non plus » .

P. R .