PARTAGER

C’était en plein mouvement social. Ce 17 avril, une dizaine de personnes lancent le fonds Guyane solidaire. L’objectif : venir en aide aux personnes qui justifient d’une perte de revenus ou d’une diminution des moyens de vie à cause de la crise sociale. Huit mois plus tard, le fonds a été clos jeudi, avec environ 17 000 euros collectés et redistribués à trente-deux familles, soit cent quarante-huit personnes.

UNE OPÉRATION RÉALISÉE DANS LA TRANSPARENCE

Un peu plus de 9 000 euros proviennent de la plateforme en ligne de Guyane solidaire. D’autres plateformes, nées dans l’élan de solidarité qui a suivi le mouvement social, ont permis de collecter près de 8 000 euros. Parmi celles-ci, des collectifs tels Un Euro pour les entreprises de la Guyane (3 000 euros), Nomade (1 500 euros), une Vraie France la Guyane (plus de 1 000 euros), le Crédit Mutuel (1 500 euros). D’autres dons ont été reçus des personnes qui se sont directement rapprochées de l’Association de développement d’économie solidaire et sociale (Adess), créatrice de l’épicerie sociale Ti Dégra et gestionnaire du fonds. L’Adess, de par son statut d’entreprise d’utilité publique et son expertise dans l’aide à la personne, a garanti la transparence de cette gestion, et délivré les attestations fiscales aux donateurs.

« Nous avons souhaité que toute cette opération se fasse dans la plus grande transparence, rappelle Doris Tablon, responsable de Guyane solidaire. Et nous nous étions engagés à faire un retour régulier à la population. Ce troisième point est celui de la clôture. »