PARTAGER
https://la1ere.francetvinfo.fr/guyane/sites/regions_outremer/files/styles/rss_big/public/assets/images/2018/10/04/img_4271-883562.jpg?itok=wvsjfdaE
Une saison des pluies qui n’a pas vraiment commencé :
« C’est parce que la ressource diminue qu’il nous faut garder des stocks », du côté de la Société Guyanaise Des Eaux (SGDE) c’est ainsi qu’on répond aux interrogations et au mécontentement des abonnés qui appellent. Alors qu’en temps normale le niveau du lac Rorota est de 9 mètres, depuis quelques jours il n’est que de 3,5 mètres. Même chose pour le débit de la rivière Conté. Or ce sont les 2 seules sources d’approvisionnement pour une partie du réseau en eau potable de l’île de Cayenne. Au service des eaux ont appelle cela « des manœuvres de vannes ».

Une situation critique pour ceux qui habitent sur les hauteurs :
Le distributeur rappelle que son obligation contractuelle et commerciale est de fournir et garantir la pression, que jusqu’au compteur de ses clients. Après ce n’est plus son affaire. Or bien souvent chez ceux qui aujourd’hui n’ont  plus d’eau au robinet, le compteur est installé en limite basse de terrain et l’habitation en hauteur…pour la SGDE c’est donc aux clients de s’équiper d’un suppresseur pour ainsi avoir de l’eau au robinet. Dans l’île de Cayenne les pressions dans le réseau peuvent être très différentes d’une commune à une autre, alors qu’en général à Cayenne la moyenne est de 2 bars, elle est de 3 bars à Rémire-Montjoly pour monter à 4,5 bars à Matoury.
 

Source: la1ere.francetvinfo.fr