PARTAGER
https://la1ere.francetvinfo.fr/guadeloupe/sites/regions_outremer/files/styles/rss_big/public/assets/images/2020/08/24/riv1-1457410.jpg?itok=KkQJZf84

Rétablir le bon écoulement des rivières pour protéger les populations et limiter les risques d’inondation, c’est une des missions menée par l’Office National des Forêts (ONF) depuis 2013. Des fonds d’un montant de 200 000 euros sont consacrés à cette mission chaque année.

Ce lundi matin, les équipes de l’Office National des Forêts, travaillent à Petit-Bourg, dans le lit de la Rivière Lézarde. Avec une moyenne de deux jours pour 7 kilomètres, il leur faudra environ 10 jours pour venir à bout des obstacles à l’écoulement naturel de ce cours d’eau. Julien Dracon est chef d’équipe à l’ONF. La Lézarde n’est pas la première rivière sur laquelle il intervient. Mais pour lui chaque chantier est important.

©guadeloupe

Une mission d’intérêt général dont l’impact à long terme se veut minime voir nul. Il n’est pas question de modifier fondamentalement les lieux, comme l’explique Noémie Videau, chargée de mission aménagement et risques naturels à l’ONF.

©guadeloupe

Depuis 2013, l’ONF identifie et traite les sites pour le compte de l’Etat. Depuis le mois de juillet de cette année, quatre rivières et ravines ont déjà fait l’objet d’un traitement. Après Petit-Bourg, deux autres sites sont encore au programme, mais l’un d’eux pourrait être reporté à l’an prochain.
On écoute Daniel Sergent, chef de service ressources naturelles à la DEAL, la Direction de l’Environnement de l’Aménagement et du Logement. 

©guadeloupe

C’est pour le chantier de la Ravine Grand Boucan à Sainte-Rose que la qualité de l’eau pose problème. Les agents de l’ONF en tout cas poursuivent leur mission d’intérêt général. 78 km de rivière ont d’ores et déjà été parcouru pour déterminer les sites prioritaires de la campagne 2021.

Source: la1ere.francetvinfo.fr