PARTAGER
https://la1ere.francetvinfo.fr/guadeloupe/sites/regions_outremer/files/styles/rss_big/public/assets/images/2020/08/27/illustration_crise_pre_rentree_pointe_a_pitre-1459420.jpg?itok=Otj_9-rh

Ce matin Harry Durimel et sa majorité ont convoqué la presse. Il s’agissait de faire un point sur la situation de la ville à quelques jours de la rentrée scolaire. Les caisses sont vides et pour l’heure la municipalité est dans l’incapacité d’assurer la restauration scolaire.  

Avec ce rendez vous proposé à la presse, ce jeudi matin, Harry Durimel, le nouveau maire de Pointe-à-Pire, espérait attirer l’attention sur la situation de sa commune, à quelques jours de la rentrée scolaire.

L’édile avait promis des révélations tonitruantes. Il n’a pas menti. Première d’entres elles : le déficit de la municipalité de 74 millions d’euro a été réévalué à 90 millions par la préfecture. Une situation budgétaire qui plombe la rentrée scolaire et la caisse des écoles, déjà dans le colimateur de la justice, ne pourra pas, en l’état, assurer sa mission: donner à manger aux enfants à partir de mardi prochain. 
 

Harry Durimel, maire( CEEL) de la ville Pointe-à-Pitre ©guadeloupe

Si la restauration scolaire est à l’arrêt, les autres services municipaux fonctionnent eux au ralenti. Les services de la mairie n’ouvrent que le matin puisque la ville est dans l’incapacité d’assumer les frais de fonctionnement de la climatisation de l’hôtel de ville.
En sommes une municipalité à genoux, paralysée, qui ne peut désormais plus compter que sur les bonnes volontés. Elle en a trouvé une, auprès de la Région Guadeloupe. Mais il en faudra beaucoup plus. 

Harry Durimel, maire( CEEL) de la ville de Pointe-à-Pitre ©guadeloupe

Une rentrée scolaire sous tension à Pointe-à-Pitre qui ne manquera pas d’alimenter l’actualité ces prochains jours. 

Source: la1ere.francetvinfo.fr