PARTAGER
http://www.guadeloupe.franceantilles.fr/images/2019/01/17/521073_7451909_100x100p.jpeg

Officiellement, le sort de France Ô fait l’objet d’un groupe de travail suivi par les ministères de la Culture et des Outre-mer avec le concours de parlementaires siégeant dans les commissions culture du Sénat et de l’Assemblée. Autant, Françoise Nyssen, l’ancienne ministre de la Culture, semblait avoir entendu les défenseurs de la chaîne des Outre-mer, autant le nouveau titulaire du poste, Franck Riester, n’a pas le même tropisme, lui qui déclarait en novembre dernier devant les députés de la délégation Outre-mer : « France Ô n’est qu’une chaîne alibi. » La survie de France Ô sur la TNT ne déchaîne d’ailleurs aucune passion, que ce soit dans les territoires, où les 1ère sont en position de force, ou dans l’Hexagone, où la chaîne n’est que peu regardée. Pourtant, au ministère des Outre-mer, on s’est rendu compte que beaucoup de personnes s’opposaient à une fermeture qui semble déjà acquise. Or, rien n’est moins vrai puisque cette décision doit passer par une loi qui devait être présentée en juin prochain. On parle désormais au mieux de juillet, mais plutôt du dernier trimestre… Cette nécessité législative n’empêche guère la présidente de France TV, Delphine Ernotte, de prendre des décisions qui anticipent la fin de France Ô.

0,8 % du budget de France Télévisions

Dans ce contexte et celui de l’élaboration de nouveaux contrats d’objectifs et de moyens pour la télé publique, la commission France Ô réfléchirait d’abord à ce qu’il convient de faire si la chaîne ferme pour assurer une réelle visibilité aux Outre-mer dans les programmes de France TV.

« Pour compenser la fermeture de France Ô, nous allons augmenter la visibilité des Outre-mer sur le reste de France Télévisions », avait annoncé Delphine Ernotte devant les parlementaires. « Pourra-t-on se satisfaire d’avoir rajouté la météo des Outre-mer dans les bulletins météo de France 2 ? », rétorque le syndicat. Un autre syndicat, le SNPCA-CGC, a comptabilisé les apports de France Ô aux 1ère. Par rapport à 2017, sa rédaction parisienne a ainsi augmenté de 7,3 % le nombre de sujets et reportages fournis aux neuf stations des 1ère en 2018, alors que ses effectifs ont chuté de 38,5 % depuis 2016. Les salariés du siège rappellent que la chaîne faisait en moyenne 0,7 % d’audience mesurée par Médiamétrie, avec un budget annuel de 25 millions d’euros, soit 0,8 % du budget de France Télévisions, soit également 1/30e du budget de France 2. Ce jeudi, Franck Riester est auditionné sur le sujet France Ô par la délégation Outre-mer du Sénat, tandis qu’à l’Assemblée nationale, l’ancienne ministre des Outre-mer, George Pau-Langevin, vient de prendre la tête d’une « mission flash ». Quant à la ministre des Outre-mer, elle convient que c’est un sujet qui pourrait être évoqué dans le grand débat national, quoi qu’il n’en fut pas un lors des assises des Outre-mer…

Source: France Antilles