PARTAGER

Source: bfmtv.com

https://img.bfmtv.com/i/0/0/3f4/bd8e3b60dc68890a3dacf605a3334.png

Depuis le début du grand débat national, proposé par le gouvernement en réponse à la crise des gilets jaunes, certaines revendications émergent. Sur le site granddebat.fr, mis à des disposition des citoyens pour qu’ils puissent exprimer leurs doléances, un thème revient d’ailleurs particulièrement: celui du vote blanc. 

Selon un sondage réalisé par l’institut BVA pour Orange et RTL, 80% des Français se disent favorables à la prise en compte du vote blanc. D’après le site de RTL, parmi les différentes mesures proposées par le questionnaire, le vote blanc est davantage réclamé que le recours au référendum par exemple.

Ce volet reste cependant très plébiscité selon le sondage. Le recours plus fréquent au référendum au niveau national est attendu par 63% des sondés. Il est cependant plus clivé: 68% y sont favorables chez les gilets jaunes, 80% chez les sympathisants des gilets jaunes, mais seulement 35% chez leurs opposants.

Le vote blanc comme un refus de l’offre politique

Depuis le début du mouvement des gilets jaunes, la question du vote blanc est très souvent abordée. Dans son allocution du 13 décembre, Emmanuel Macron s’était d’ailleurs dit “ouvert” à sa prise en compte.

En France, le vote blanc, exprimé par une enveloppe vide ou un bulletin vierge, marque le plus souvent le refus de l’offre politique proposée dans une élection, ou d’un projet dans le cas d’un référendum. Longtemps, il n’était pas du tout pris en compte et se retrouvait comptabilisé dans la même catégorie que les votes nuls, qui désignent les bulletins sans enveloppe, non réglementaires, annotés ou déchirés.

La loi du 21 février 2014 est venue corriger cette confusion. Si les votes blancs sont désormais décomptés séparément et annexés au procès-verbal, ils ne sont en revanche toujours pas pris en compte pour la détermination des suffrages exprimés. Ce serait pourtant la seule condition pour qu’ils puissent peser sur l’issue d’une élection, pouvant aller jusqu’à provoquer l’annulation du second tour de l’élection présidentielle.

Source: bfmtv.com